Championship, un suspense à tous les étages | OneFootball

Championship, un suspense à tous les étages

Logo : God Save The Foot

God Save The Foot

Un mois, un mois où tout peut basculer, aussi bien en haut qu’en bas. Après plusieurs mois à ronger leur frein, les clubs de Championship, à l’instar de la Premier League, vont clore leur saison 2019-2020 d’ici la fin du mois de juillet. Un final haletant qui pourrait voir le retour de clubs mythiques dans l’élite. Tour d’horizon avant les neuf dernières journées.

En quête du Graal

1er – Leeds United (71 pts)

Et si Leeds décrochait enfin la timbale, plus d’un an après son criant échec en demi-finale des playoffs contre Derby County ? Cette fois-ci, les hommes de Marcelo Bielsa semblent avoir les cartes en main pour revenir en Premier League et mettre fin à seize années de purgatoire entre la League One et le Championship. Surtout, Leeds a appris et s’est endurci avec un effectif quasiment inchangé par rapport à la saison passée. Les hommes forts : Liam Cooper, Luke Ayling, Kalvin Phillips et Pablo Hernandez sont toujours là et n’ont pas baissé la garde.

Dans leur sillage, ils emmènent de jeunes loups prometteurs, notamment l’excellent défenseur, Ben White (22 ans), prêté par Brighton et considéré récemment par le Guardian comme l’un des dix jeunes de Football League à suivre dans le futur, aux côtés entre autres, du français Bryan Mbeumo (Brentford). Devant, malgré parfois des maladresses évidentes et la succession de Kemar Roofe à prendre, Patrick Bamford et ses 13 buts offrent des garanties suffisantes pour espérer une montée directe en Premier League. Toute une ville l’attend de pied ferme.

2e – West Bromwich Albion (70 pts)

Derrière Leeds, West Bromwich tient la corde depuis de nombreuses semaines. Meilleure attaque du championnat avec Brentford (64 buts), la bande à Bilic dispose de plusieurs armes redoutables. En chef de file, Matheus Pereira (24 ans), prêté par le Sporting Portugal et auteur d’une saison époustouflante avant l’arrêt du championnat mi-mars (6 buts, 16 passes décisives). Derrière lui, Grady Diangana (5 buts, 6 passes) et Filip Krovinovic (2 buts, 4 passes) sont des hommes providentiels pour Slaven Bilic. Une triplette instigatrice d’un vent nouveau dont les anciens se sont inspirés.

Arrivé l’été dernier en provenance de Southampton, Charlie Austin (9 buts) s’est rapidement fondu dans un collectif où jeunesse et expérience ne font qu’un. Hal Robson-Kanu (31 ans) peut en témoigner, puisque l’attaquant gallois, connu pour avoir enrhumé toute la défense belge à l’Euro 2016, a déjà inscrit 10 buts cette saison, soit son meilleur total en carrière… De quoi forcément susciter les rêves les plus fous, d’autant que les Baggies n’ont jamais quitté les deux premières places du classement depuis le mois d’octobre. Une place de barragiste serait même vécue comme une déception pour un club qui souhaite retrouver la Premier League deux ans après être descendu.

3e – Fulham (64 pts)

À portée de fusil du duo, Fulham paraît l’équipe la mieux armée pour chaparder en fin de saison une place directe à Leeds ou West Bromwich. Il faut dire que la formation londonienne possède déjà une solide expérience à ce niveau. Il y a deux ans, après une saison fantastique, les Cottagers étaient parvenus, dans un Wembley survolté, à décrocher le dernier ticket pour l’élite, battant Aston Villa en finale des playoffs sur la plus petite des marges (1-0). Deux années se sont écoulées depuis, et la saison ratée en Premier League, il y a quelques mois, n’a pas été totalement digérée par les fans. Un raté de plus ne serait pas vraiment accepté dans l’ouest de la capitale.

Mais pour y arriver, Fulham devra rectifier le coche, notamment à l’extérieur où seulement six petites victoires ont été glanées sur dix-huit rencontres disputées. Et le calendrier de fin de saison, avec des déplacements cruciaux à Leeds, West Bromwich et Nottingham Forest va s’avérer capital pour corriger – ou non – ce qui a fait défaut avant la mi-mars. Pour ce faire, Scott Parker va pouvoir évidemment compter sur son buteur vedette, Aleksandar Mitrovic, toujours aussi clinique devant les cages adverses (23 buts) et son capitaine emblématique, Tom Cairney.

Une guerre sans merci pour les playoffs

4e – Brentford (60 pts)

Si la première place des playoffs semble être acquise par l’une des équipes du trio de tête, Brentford a toutes les qualités pour accrocher l’un des trois autres tickets. Jamais dans son histoire récente, Brentford n’a été aussi proche d’un retour dans l’élite dont la dernière venue remonte à… 1935. À l’époque, les Bees étaient restés cinq saisons en First Division. Alors forcément, dans le Borough londonien de Hounslow, on se met à rêver d’une montée historique, malgré le départ – vivement contesté – de son antre historique, Griffin Park, connue pour avoir quatre pubs aux quatre coins du stade et dont les artères ont une vue imprenable sur les jardins du voisinage. Un côté old school, loin, très loin, de l’enceinte moderne et sans âme qui abritera le club dans les années à venir.

Avant cela, le club devra tout de même s’assurer une place en playoffs, objectif affiché de la fin de saison. Une ambition assumée par le board qui, depuis maintenant plusieurs années, dispose d’un réservoir de talents extrêmement talentueux. Cette saison ne déroge pas à la règle puisque Joshua Da Silva, Mathias Jensen (prêté par le Celta Vigo), Bryan Mbeumo, Saïd Benrahma et Ollie Watkins ont illuminé le Championship de leur talent et suscitent (déjà) les convoitises des écuries de Premier League. Auparavant, les jeunes abeilles ont une mission : aider la ruche à rejoindre l’élite.

5e – Nottingham Forest (60 pts)

Les 80’s raisonnent toujours autant dans la tête des fans de Forest. Une époque dorée, auréolée d’un sacre en Coupe d’Europe et dont les bâtisseurs, quelques années auparavant, se nomment Brian Clough – Peter Taylor. Quatre décennies plus tard, Nottingham espère (enfin) un retour en Premier League. Plus de vingt ans après son dernier passage. Et c’est peut-être un Français qui va plonger à nouveau Forest dans l’allégresse : Sabri Lamouchi.

L’ancien coach du Stade Rennais, arrivé l’été dernier, s’est de suite acclimaté à la dureté de la deuxième division, tout en inculquant ses principes de jeu à une équipe loin de faire rêver les foules depuis plusieurs saisons. La méthode Lamouchi a fonctionné dans un club où les fans sont réputés exigeants. Le City Ground vibre à nouveau pour son équipe et c’est déjà une première victoire pour l’ancien international français. La deuxième, forcément, sera de composter son billet pour la Première League. Via les playoffs ? Sans doute, car Nottingham Forest n’a plus quitté une place qualificative depuis la 25e journée.

6e – Preston North End (56 pts)

Orphelin de son homme providentiel, Callum Robinson, qui avait cédé aux sirènes de Sheffield United, tout juste promu en Premier League, on pensait Preston ne pas se mêler à la course pour la montée et pourtant, le club du Lancashire a de nouveau surpris et se positionne comme un candidat sérieux pour une place dans les playoffs. Surprenant, le mot peut être également utilisé pour qualifier les saisons du milieu Daniel Johnson (11 buts, 6 passes), arrivé à maturité et de l’ailier droit Tom Barkhuizen (9 buts), dont les prestations sont constantes depuis le début du championnat.

Mais les individualités ne font pas tout et c’est finalement le collectif de Preston qui est à mettre en évidence, avec à la baguette, Alex Neil. À 39 ans, l’ancien entraîneur de Norwich City a trouvé la parfaite alchimie pour bonifier son équipe. De la solidité avant tout et une extrême efficacité. Du côté de Deepdale, les victoires sont souvent acquises par un but d’écart, voire deux si les Lilywhites sont dans un grand jour. Une recette simple, mais qui porte ses fruits.

7e – Bristol City (55 pts)

L’une des plus jeunes équipes du championnat est toujours dans les clous. À Bristol, la montée est encore un rêve utopique, mais un accès aux playoffs récompenserait le boulot formidable de Lee Johnson dont les principes de jeu sont unanimement salués depuis plusieurs saisons. Le presque quadragénaire sait où il veut emmener son équipe. Pour cela, il compte sur ses jeunes talents, comme l’Irlandais Callum O’Dowda (25 ans), le Suédois Niclas Eliasson (24 ans), passeur décisif à onze reprises, le Français Han-Noah Massengo (18 ans) débarqué de l’AS Monaco, le latéral gauche anglo-brésilien Jay DaSilva (22 ans), mais aussi sur l’ancien attaquant de Clermont et Angers, Famara Diédhiou, auteur de dix pions cette saison. De la jeunesse, mêlée à l’expérience des cadres de l’équipe que sont Andreas Weimann, Korey Smith et Jamie Paterson. Les Robins ont de la matière et peuvent créer la surprise en fin de saison.

Mais rien n’est joué, car à l’affût de ces équipes, se dressent d’autres formations capables de venir s’immiscer dans la course aux playoffs, comme Millwall (8e, 54 pts), Cardiff (9e, 54 pts), Blackburn (10e, 53 pts), Swansea (11e, 53 pts), Derby County (12e, 51 pts) et QPR (13e, 50 pts)

Gare à la chute

Une descente en League One est toujours redoutée par les équipes de Championship : moins d’attractivité, moins de droits télé, moins de chances de remonter facilement en deuxième division – Sunderland est bien placé pour en parler -, et surtout, des départs en pagaille. Si bien qu’il ne fait pas bon ménage de vivoter non loin de la zone rouge à quelques journées de la fin. Des sueurs froides, huit clubs, a priori, en auront d’ici la fin de la version 2019-2020 du Championship.

Tout d’abord, Stoke City (17e, 42 pts).  Après un début de saison complètement manqué (aucune victoire au bout de dix journées), on ne donnait pas cher de la peau des Potters. Mais l’arrivée du sélectionneur nord-irlandais, Michael O’Neill, en lieu et place de Nathan Jones, a redonné de l’allant à un effectif en panne de confiance et pourtant si intéressant sur le papier : Tommy Smith, Joe Allen, Sam Clucas, James McClean, Tom Ince, Benik Afobe, Sam Vokes, Lee Gregory… Depuis Stoke va mieux et restait, avant l’arrêt du championnat mi-mars, sur une série de quatre rencontres sans défaite. Attention toutefois à la mauvaise surprise, puisque les Potters vont affronter des adversaires directs pour le maintien assez rapidement (Middlesbrough, Wigan et Barnsley).

Huddersfield (18e, 42 pts) est aussi en danger. Les Terriers, sans doute encore marqués par leur descente de Premier League, n’ont jamais enchaîné de véritable série, alternant le bon et le moins bon. Seule éclaircie au tableau, le poids offensif du jeune Karlan Grant (22 ans), formé à Charlton et auteur de 16 buts. Pas de quoi satisfaire pour autant les attentes du John Smith’s Stadium, toujours derrière ses protégés malgré tout, avec plus de 21 000 personnes en moyenne cette saison. Autre club à souffrir, Middlesbrough (19e, 41 pts). Une désillusion par rapport à l’an dernier, où Boro avait raté les playoffs pour un petit point sous la houlette de l’expérimenté Tony Pullis. Un an plus tard, c’est en bas de tableau que l’on retrouve Jonathan Woodgate et son équipe, flanquée en prime, de la pire attaque du championnat (37 buts inscrits). Méfiance donc. Wigan (20e, 41 pts), a l’habitude de ce genre de situation. Les Latics espèrent à nouveau se sauver, mais cette fois-ci, il faudra faire sans Nick Powell et Callum McManaman, les deux joueurs vedettes du dernier exercice, partis respectivement à Stoke et Luton pour jouer… Le maintien.

À Hull City (21e, 41 pts), le cauchemar continue. Englués en fond de tableau, les Tigers étaient les seuls à ne pas vouloir finir la saison de Championship. Pas entendus, ils doivent désormais faire face aux départs conjoints de Eric Lichaj le capitaine, Jackson Irvine le vice-capitaine, Stephen Kingsley et Marcus Maddison, dont les contrats n’ont pas pu être prolongés à l’issue du mois de juin, faute d’un accord entre les parties prenantes. De quoi donner des sueurs froides aux supporters déjà versatiles à l’égard de la direction…

Des sueurs froides, les supporters de Charlton (22e, 39 pts) en ont depuis des semaines et des semaines. Rachat avorté, un board s’attaquant via les réseaux sociaux… Et sportivement, ce n’est pas mieux puisque Lee Bowyer devra se passer des services de trois joueurs pour la fin de championnat : Chris Solly, David Davis (prêté par Birmingham) et Lyle Taylor, le meilleur buteur du club, auteur de 11 buts cette saison. The Valley retient son souffle. Pour Luton Town (23e, 35 pts) et Barnsley (24e, 34 pts), les chances de maintien deviennent de plus en plus maigres. Avec respectivement six et sept points de retard sur le premier non relégable Hull, le chemin s’annonce tortueux. Un an après leur montée, les deux clubs risquent, probablement, de retrouver l’étage inférieur.

Les pronostics de la rédaction de God Save The Foot

Montée directe : Leeds United, West Bromwich Albion

Playoffs : Fulham, Brentford, Preston North End, Nottingham Forest/Derby County

Descente : Barnsley, Luton Town, Charlton

À propos de Publisher