"Ce que je vois surtout, c’est à quel point Claude Puel est clivant pour le Peuple Vert !"

Logo : Peuple-Vert.fr

Peuple-Vert.fr

Image de l'article : https://image-service.onefootball.com/crop/face?h=810&image=https%3A%2F%2Fpeuple-vert.fr%2Fwp-content%2Fuploads%2F2019%2F12%2FClaude-Puel..jpg&q=25&w=1080

LES REFAISEURS DE MONDE

"Il faut être l'homme de la pluie et l'enfant du beau temps." René Char

"Pour avoir un beau temps après la pluie, il faut le préparer avant la pluie." Trésor Noussoukpoe

"Après la pluie, c'est tout mouillé." Joss Randall via Boss Alesque

Salut les Groupies !

Je ne sais pas ce qu’il en est pour vous, au lendemain de ces #MHSCASSE puis #ASSEOM, mais votre cowboy @JossRandall42 est fatigué. Pire encore, je vis une espèce de paradoxe. Alors que le maintien est cette fois définitivement et mathématiquement assuré (ouaissssssss !!!), qui plus est après deux bons matchs (probablement les deux meilleurs de la saison), je devrais frétiller comme un cochon à l’approche d’une truffe, non ? Et bien au contraire, je me sens vidé … échoué comme une orque sur une plage des Bahamas. Ça vous le fait ça, vous ?? Et pourtant, même si le soulagement l’emporte, je n’ai pour autant pas la mémoire courte : je n’ai pas oublié qu’il y a très peu de temps, je regardais le classement de nos Verts, puis je regardais le calendrier qui nous attendait, et là … j’étais … effondré comme un éditeur qui a refusé Harry Potter préférant publier la biographie de Michel Galabru. Au final, le job aura fini par être fait, les points pris, pas forcément là où on pensait les prendre, mais seul le résultat compte. Je crois que cette fatigue est liée à cette saison éprouvante, ou j’aurai eu les miches fermées telles des serre-livres pendant trop longtemps. Trop d’angoisses dans cet exercice qui aura été riche en tensions, mais en émotion positive aussi déserte qu’une épicerie chiite du centre de Tel-Aviv. Et ces deux derniers bons matchs ne suffisent pas à cacher la merde au chat. C’est tout.
Pour moi je vous le dis, il est temps que la saison se termine, simplement pour passer à une autre. Le foot a ceci de « magique » que chaque année, c’est un éternel recommencement, comme dans « le jour de la marmotte ».
Maintenant s’ouvre devant nous une période « no man’s land » molle de 15 jours, qu’on abordera avec sérénité, coincée entre la période « flippe de la descente en L2 » et la période des « éternels espoirs » (la Mère Catho, les espoirs, la vente du club) qui nous occupera pendant 3 mois. D’ici là, ce court temps sera celui des « refaiseurs de monde ». Vous savez, ceux qui commencent toutes leurs phrases par « Ah si seulement, ma pauv’Lucette !!!!! »

AH SI SEULEMENT, MA PAUV’LUCETTE ….

…. Les joueurs avaient joué toute la saison comme ces deux derniers matchs. S’ils avaient tout le temps fait preuve de cette solidarité, cette continuité dans les efforts. Et d’ailleurs, pourquoi ça n’a pas été le cas ? Pourquoi n’ont-ils pas montré plus souvent ce qu’on voit depuis deux matchs ? Manque de motivation ? Problème avec le coach ? Problèmes de préparation physique ? Et si c’est le cas, comment pourrait-on imaginer que les joueurs sont enfin près à la ... J35 ? Un doute m’habite.
…. Les jeunes étaient tous aussi bons qu’on nous les avait vendu. Car il faudra bien en parler un jour. Certains ont été bons, certains ont même progressé durant cette saison (NE_CHERCHEZ_PAS_MAHDI_A_QUATORZE_HEURES, GOURNA_AU_DOUATH_ET_A_L’ŒIL …). Mais quid de tous les autres, quid de la « génération pépites » de la Gambardella ? Ça pose question, quand on nous annonce que le futur projet de l’OberKommandant est principalement axé là-dessus ? Un doute m’habite encore.
…. Les joueurs clés avaient été des joueurs clés. Ou en tout cas de manière plus régulière, et plus tôt dans la saison. Dans ce chapitre-là il est de bon ton (comme dit ma poissonnière qui hurle le matin à la criée, sans pour autant arriver dans ce domaine à la cheville de PUELITO en bord de touche ! 😊) de fracasser le WHABIBENDUM_KHAZRI pour son retard à l’allumage. Je fais d’ailleurs partie de ceux qui n’ont pas été tendres avec lui. Mais je lui reconnais au moins le mérite d’avoir fini par s’allumer un jour !!! Et qui plus est dans un money time absolument crucial, apportant sa grosse pierre à l’édifice du maintien. On ne peut pas en dire autant de pas mal d’autres. Dans la Famille des « 100% flops », aussi coûteux qu’inutiles, je demande le père (AUBOUTDUBOUT_DU_RYAD), le fils (TICKET_RETSOS), le grand-père (LE_FILS_A_GUY) … vous en voulez d’autres ? Car y a encore du stock !! Et là ce n’est plus un doute qui m’habite, mais de la tristesse.
Alors, ma pauv’Lucette, c’est une longue liste de questions auxquelles je n’ai pas de réponse. Mais c’est juste pour dire que - comme juste après on va évidemment s’en prendre aussi au coach - il était quand même bon de rappeler la responsabilité des joueurs.

AH SI SEULEMENT, MA PAUV’LUCETTE ….

…. On avait eu un autre coach que #LaRonce, ça aurait quand même été autre chose, hein !! Honnêtement ? On n’est pas sûrs. Un doute m’habite. Toujours facile de réécrire l’histoire, et j’insiste à nouveau sur le chapitre précédent : je me demande si, au-delà des insuffisances notoires de certains, on n’a tout simplement pas une équipe moyenne, qui va finir à la place qu’elle « vaut ». Et vraiment, je crois qu’on s’est emballés un peu vite sur les jeunes.
Mais ce que je vois surtout, c’est à quel point le Glaude est clivant pour le Peuple Vert. À sa sortie de l’ASSE, il pourra postuler chez TOTAL, pour chercher du gaz de schiste, département « fracturation hydraulique », tant il est arrivé en à peine deux ans, à polariser les supporters entre « anti » et « pro ». Ça me scotche ça … Ces dernières semaine j’en ai vu/lu beaucoup s’écharper sur le sujet. Les fondamentalistes anti-Puel, quels que soient les résultats, lui foncent sur le paletot comme la chtouille dans la braguette de Maupassant. Et sur beaucoup de points (management dur et clivant, choix sportifs de compo et de turnover, jeunisme parfois exacerbé) je les rejoins. Mais pas en tout. Les fondamentalistes pro-Puel leur opposent en retour une statue de « sauveur ». Et sur certains points (utilisation sans crainte et progression de certains jeunes, conduite du projet « réduction de voilure », capacité de mettre some water in ze pinuche dans le cas FAT_KAZ) je les rejoins. Mais pas en tout. A la (presque) fin du bal, je regrette de ne pas disposer d’une balance de Roberval pour pouvoir peser le pour et le contre, mais ce qui est sûr, c’est que le compte n’y est pas, et c’est un constat indiscutable. Sportivement déjà : une première saison au bord de la relégation. Une deuxième où j’ai souffert toute l’année, en tension, pour finalement ne même pas « exulter » du maintien … Mais que sommes-nous devenus ??!! … Et puis dans le ressenti que renvoie l’homme, ensuite : j’ai rarement vu autant d’agressivité dans les propos des fans des Verts, soit pour l’enfoncer, soit pour le défendre. #Clivant. Aujourd’hui, je ne suis ni l’un ni l’autre bien au contraire, comme disait le regretté Michel. Je fais simplement partie des « déçus » car j’en attendais beaucoup. L’aspect visible, froid et dur de PUEL a un côté « dépassionnant ». Ça va vous paraître débile, vu qu’on ne l’a pas embauché pour faire du stand-up à l’Etrat, mais par exemple, le sourire-chaleureux-qui-donne-envie (aux joueurs, à nous, à l’environnement …) est aussi repérable chez Claude PUEL qu’une lueur d’humanité dans le regard de Vladimir Poutine. Et si #LaRonce a la « culture de la souffrance », moi je ne l’ai pas. Pas pour du foot en tout cas, ça devrait juste être du plaisir. Du Spectacle et des émotions. Cette année, je n’ai eu ni l’un ni l’autre. La méthode me rappelle le Coitus interruptus : probablement efficace à la fin, mais pas bon pour le cœur. Et moi j’ai des problèmes cardiaques.

J’vous avais prévenus. Je suis fatigué de cette saison et de ces émotions rentrées. C’est usant. Mais pour finir sur une note positive, on va quand même faire contre fortune bon cœur (pour éviter la dernière phrase du dernier paragraphe) et se réjouir d’avoir vu enfin cette équipe faire un ou deux bons matchs, et rester en Ligue 1 l’année prochaine, sans devoir attendre la J38 pour le savoir.

Il en est des vocations comme des chaudes pisses : elles frappent où bon leur semble. Nous, notre vocation, c’est d’être supporters de l’ASSE. Une sorte de mariage, indéfectible, et le Curé l’a bien dit, même si vous n’écoutiez pas car vous faisiez les cons dans le fond de l’Église :  « pour le meilleur et pour le pire ». On a juste envie d’avoir un peu de meilleur, à un moment donné. Si c’est pas trop demander ... Les supporters stéphanois ne sont pas prétentieux. Et à péter plus haut que leur cul, ils préféreront toujours aimer plus haut que leur cœur.

Et puis, ne vous caillez pas trop la laitance quand même … On va la finir, cette pu**** de saison. Et après vous verrez, en moins de temps qu’il n’en faut à une pédicure pour soigner un cul-de-jatte, on basculera dans la suivante. Après celle qu’on vient de vivre, on ne pourra que se tricoter des rêves de mieux.

LA COMPLAINTE DES FUMIERS

Image de l'article : https://image-service.onefootball.com/resize?fit=max&h=1246&image=https%3A%2F%2Fpeuple-vert.fr%2Fwp-content%2Fuploads%2F2019%2F11%2Flol-1.png&q=25&w=1080

Crédit photo : Icon Sport

À propos de Publisher