Brésil – Brasileirão 2021 : Bilan de la saison | OneFootball

Brésil – Brasileirão 2021 : Bilan de la saison

Logo : Lucarne Opposée

Lucarne Opposée

Le Brasileirão 2021 s’est achevé avec le sacre de l’Atlético Mineiro, qui a devancé assez tranquillement les deux autres favoris Flamengo et Palmeiras, et place de nombreux joueurs dans notre équipe de la saison.

Champion : Atlético Mineiro

Cinquante ans après, l’Atlético Mineiro retrouve enfin les joies d’un titre dans le Brasileirão, un succès qui ne souffre d’aucune contestation. L’Atlético Mineiro a été brillant, avec notamment un secteur offensif incroyable en qualité et en quantité (Hulk, Diego Costa, Keno, Savarino, Vargas, Sasha, Nacho Fernández, Zaracho) et qui devrait encore se renforcer avec l’arrivée d’Ademir, révélation du côté du voisin, l’América Mineiro. Malgré un jeu tourné vers l’attaque, le Galo de Cuca a été aussi également solide défensivement, terminant même meilleure défense du championnat. Profitant du retour du public, l’Atlético Mineiro a été imprenable à domicile, restant sur une série record de seize victoires consécutives au Mineirão ! Avec un tel effectif, l’Atlético Mineiro devrait confirmer en 2022 dans le championnat et viser la Copa Libertadores après la déception de cette année face à Palmeiras.

Copa Libertadores : Flamengo, Palmeiras, Fortaleza, Corinthians, Red Bull Bragantino, Athletico Paranaense

Aux trois premières places du championnat, on retrouve nos trois favoris en début de saison, avec Flamengo et Palmeiras. Arrivé sur le banc du Mengão en juillet, Renato Gaúcho a réalisé le meilleur départ de l’histoire du club pour ses débuts : seize matchs, quatorze victoires, un nul, une défaite et cinquante buts marqués ! La suite a été nettement moins bonne avec des contre-performances qui ont laissé l’Atlético Mineiro largement en tête et des déceptions en coupes, avec une élimination en demi-finale de la Coupe du Brésil et une défaite en finale de la Copa Libertadores. Une saison à oublier pour Flamengo donc, au contraire de Palmeiras, également distancé en championnat, mais qui a réalisé l’exploit de conserver son trophée en Copa Libertadores, performance qui n’avait plus été réalisée depuis Boca Juniors en 2001. Toujours aussi difficile à manœuvrer, le Verdão a brillé malgré l’absence de véritable avant-centre, s’appuyant notamment sur ses milieux Raphael Veiga et Gustavo Scarpa.

Le G-4 est complété par le Fortaleza de Juan Pablo Vojvoda, dont le 3-5-2 a permis au club de briller, notamment en début de saison. Moins impérial sur la fin d’exercice, Fortaleza a assuré l’essentiel avec une qualification directe en Copa Libertadores, la première de l’histoire du club, qui évoluait encore en Série C en 2017. Un succès mérité pour un club où de nombreux joueurs se sont mis en valeur au cours de la saison, notamment Ederson, David et Robson, et toujours soutenu massivement par ses supporters au Castelão. Autre club qui va vivre sa première Libertadores, le Red Bull Bragantino, déjà finaliste de la Copa Sudamericana, et qui, comme Fortaleza mais dans un style différent, pratique un football offensif et plaisant à voir. Malgré la perte du meilleur joueur de la saison passée, Claudinho, le Red Bull Bragantino a gardé la recette de son succès, avec de jeunes joueurs bien encadrés par quelques joueurs expérimentés et a les moyens de s’installer durablement dans l’élite du football brésilien.

Attendu au milieu de tableau en début de saison, le Corinthians a finalement sorti le chéquier malgré des dettes importantes : Willian, Giuliano, Renato Augusto et Róger Guedes ont signé au Timão et ont eu un impact important sur les résultats du club, notamment les deux derniers cités. Bien qu’irrégulier, le Corinthians a été solide et retrouvera en 2022 la Copa Libertadores, compétition qu’il n’a plus disputé depuis 2018. Enfin, l’Athletico Paranaense, quatorzième du championnat, a privilégié les coupes et se qualifie pour la Copa Libertadores en tant que vainqueur de la Copa Sudamericana.

Barrages Libertadores : Fluminense, América Mineiro

Après une cinquième place en 2020, on attendait plus du Fluminense et de son mélange entre jeunesse et expérience. Nenê est finalement retourné au Vasco, Ganso a été une nouvelle déception et Fred est de moins en moins décisif, alors qu’on attendait plus de certains jeunes, notamment Kayky et John Kennedy. D’autres jeunes ont pour leur part brillé, on pense à André et Luiz Henrique, de quoi permettre au Fluzão de retrouver la Libertadores après l’élimination en quarts de finale cette année. Après Fortaleza et le Red Bull Bragantino, un autre club brésilien pourrait découvrir la Copa Libertadores : l’América Mineiro. Dans notre guide de la saison, nous placions l’América parmi les candidats au maintien, en précisant que le Coelho pouvait en surprendre plus d’un. Ce fut effectivement le cas et, avec la révélation Ademir auteur de treize buts dans le championnat, le club mineiro se qualifie pour les barrages de la Libertadores, mais devrait faire face à de nombreux départs au sein de son effectif.

Copa Sudamericana : Atlético-GO, Santos, Ceará, Internacional, São Paulo, Cuiabá

Après un maintien assuré tranquillement en 2020, l’Atlético-GO a fait encore mieux cette saison et échoue d’un rien à la Libertadores, mais se console avec la Copa Sudamericana. Compétition à laquelle participeront également Ceará et Santos, moins brillants cette année que la saison précédente, avec des performances moins convaincantes des stars Vina et Marinho. Passés près du titre en 2020, l’Internacional et São Paulo ont déçu cette année, São Paulo est passé proche de la zone de relégation alors que l’Inter, malgré les retours de Paolo Guerrero et Saravia, n’a jamais été un candidat au G-4, terminant même l’exercice par cinq défaites en six matchs. On sera bien plus cléments avec Cuiabá, qui a réalisé une très belle saison pour sa première année en Série A et mérite son maintien parmi l’élite.

Relégation : Grêmio, Bahia, Sport, Chapecoense

Passons rapidement sur le Juventude, seul club à n’être concerné ni par une qualification en coupe continentale ni par la relégation, pour s’intéresser au voisin Grêmio, que l’on attendait parmi les candidats à la Libertadores en début de saison. Grêmio a finalement vécu une saison cauchemardesque avec une élimination en barrages de la Copa Libertadores et le départ de son entraîneur historique, Renato Gaúcho. Malgré un recrutement ambitieux, avec notamment Rafinha et Douglas Costa, et des salaires payés dans les temps, Grêmio a été incapable de gagner un match du championnat jusqu’à la douzième journée et a consommé les entraîneurs, sans succès. Le club tricolor a vécu une seule journée en dehors du Z-4 (la première) et malgré un léger mieux en fin de championnat, n’a pas pu battre Bahia dans le match pour le maintien, multipliant les erreurs grossières. Bahia rejoint également la Série B, les quinze buts de Gilberto dans le championnat auront finalement été insuffisants. Pour les accompagner, Sport et Chapecoense, qui a vécu une saison cauchemardesque avec une seule victoire tout au long du championnat ! La Chape n’a pas été totalement ridicule, subissant une seule goleada dans ce Brasileirão (5-2 contre l’Internacional), mais a souvent fait preuve de naïveté et n’était pas au niveau de ce championnat.

L’équipe de la saison

Everson : L’Atlético Mineiro a été la meilleure défense du championnat et le doit en grande partie à son gardien, Everson. Brillant dans le jeu au pied, le portier d’1m92 est également très bon sur sa ligne et a été régulier tout au long de la saison. Ses performances lui ont permis d’être convoqué en Seleção, où il peut être le troisième gardien pour la Coupe du Monde, en concurrence avec le gardien de Palmeiras, Wewerton, qui aurait également pu faire partie de cette équipe de la saison.

Yago Pikachu : Déjà nommé dans notre équipe de la saison, en 2018 lorsqu’il jouait au Vasco, Yago Pikachu a encore gagné en maturité et fait partie des nombreuses satisfactions de la saison de Fortaleza. La défense à trois lui permet d’apporter offensivement et d’être décisif, avec neuf buts et cinq passes décisives au cours du championnat. Le joueur de vingt-huit ans a également progressé défensivement et fait partie des valeurs sûres du Brasileirão.

Gustavo Gómez : Gustavo Gómez a disputé seulement vingt matchs du Brasileirão, en raison du calendrier surchargé de Palmeiras et de sa convocation à la Copa América, disputée en même temps que le début du championnat brésilien. Le joueur paraguayen est probablement le meilleur défenseur du championnat et est une véritable tour de contrôle pour Palmeiras lorsqu’il est aligné. Avec lui, Palmeiras a encaissé vingt-et-un buts en vingt matchs, contre vingt-deux buts en dix-huit matchs lorsqu’il n’a pas joué.

Júnior Alonso : La défense centrale est 100 % paraguayenne, puisque Júnior Alonso rejoint Gustavo Gómez. Titré avec l’Atlético Mineiro, Júnior Alonso a été l’un des hommes clés de la saison du Galo, et à l’image de son compatriote, il est le véritable patron de la défense. Dur sur l’homme, le joueur passé par Lille dispose d’une patte gauche intéressante, de quoi permettre de ressortir rapidement le ballon pour permettre à l’Atlético Mineiro de jouer vers l’avant.

Guilherme Arana : Autre gaucher et autre homme clé du titre de l’Atlético Mineiro, Guilherme Arana avait déjà été nommé dans notre équipe l’année dernière, ainsi qu’en 2017 alors qu’il évoluait au Corinthians. Guilherme Arana est d’ailleurs le seul joueur à conserver cette année sa place dans notre équipe de la saison. Constamment porté vers l’attaque, Guilherme Arana offre de nombreuses solutions et sa qualité de centre est toujours un danger pour les défenses adverses. Avec cinq passes décisives dans le championnat, Guilherme Arana peut également viser une convocation pour la Coupe du Monde.

Jair : L’ancien joueur de Sport a été le poumon de l’Atlético Mineiro et prend un rôle de plus en plus important dans l’équipe au fil des saisons. Titulaire indiscutable, Jair dispose d’un gros volume de jeu, en étant précieux à la récupération lors des phases défensives et pouvant apporter le surnombre en attaque. Le joueur de vingt-sept ans a remporté 75 % des vingt-huit matchs auquel il a participé dans ce Brasileirão, le pourcentage de victoires du Galo tombe à 50 % lorsque Jair n’est pas aligné, montrant toute l’influence du joueur au sein du club mineiro.

Edenílson : Passé tout près de notre équipe de la saison en 2020, cette année est cette fois la bonne pour Edenílson. Le milieu de l’Internacional a été l’un des joueurs les plus décisifs du championnat avec onze buts et sept passes décisives. À l’image de Jair, Edenílson dispose d’un gros volume de jeu et peut faire parfaitement le lien entre la défense et l’attaque, ses performances lui ont d’ailleurs permis d’être convoqué une première fois en Seleção, même s’il n’est pas entré en jeu lors du dernier rassemblement.

Raphael Veiga : Le choix de Raphael Veiga laisse de côté Nacho Fernández, brillant avec l’Atlético Mineiro, mais qui aurait pu être plus décisif, avec cinq buts et cinq passes décisives dans le Brasileirão. Raphael Veiga a été meilleur statistiquement, avec dix buts et quatre passes décisives, et ce choix vient également récompenser la belle saison du Verdão. Complet, moderne et élégant, le gaucher de vingt-six ans a souvent porté Palmeiras et pourrait être convoqué en Seleção s’il répète ses bonnes performances.

Artur : Malgré le départ de sa star Claudinho, le Red Bull Bragantino a effectué une très belle saison, atteignant la finale de la Copa Sudamericana et se qualifiant pour la Copa Libertadores. Une qualification arrachée dans le temps additionnel du dernier match grâce à un golaço d’Artur. Comme un symbole, tant l’ailier de poche a été important pour son club, aussi bien en Copa Sudamericana (sept buts et quatre passes décisives) qu’en championnat (douze buts et huit passes décisives). Technique et dribbleur, l’ancien joueur de Palmeiras est devenu l’un des meilleurs joueurs du championnat et le visage de ce Red Bull Bragantino, souvent audacieux et très offensif.

Michael : Élu par nos soins révélation du championnat en 2019 lorsqu’il évoluait à Goiás, Michael est un revenant. Après une première saison extrêmement compliquée au Flamengo, avec seulement quatre buts au cours de la saison 2020, Michael a été énormément critiqué par les fans pour ses mauvais choix et sa maladresse et est entré en dépression. Le joueur passé par les divisions amateurs était également à la peine lors de la première phase du Brasileirão avec un seul but marqué, avant de devenir le joueur principal de Flamengo en raison de nombreuses blessures des joueurs offensifs. Michael a porté le club rubro-negro avec des actions décisives, terminant même troisième meilleur buteur du championnat avec quatorze buts ! Michael est devenu l’un des chouchous du public et a été élu « craque da galera » après un vote effectué par les supporters.

Hulk : Incontestablement le meilleur joueur du championnat et l’artilheiro du Brasileirão avec dix-neuf buts. Après deux petits matchs disputés avec Vitória dans le Brasileirão 2004, Hulk a passé sa carrière loin du Brésil, avant de revenir cette année pour devenir l’idole du Mineirão, là où il a vécu son plus mauvais souvenir de joueur, la demi-finale de Coupe du Monde 2014 perdue contre l’Allemagne. Positionné en tant qu’ailier-droit ou avant-centre, Hulk a rapidement fait parler sa puissance et a enchaîné les buts. Régulier tout au long de la saison, Hulk a encore accéléré en fin de championnat avec sept buts sur les cinq derniers matchs, de quoi offre le titre de champion au Galo et de terminer meilleur buteur du championnat, imitant ainsi Dadá Maravilha en 1971.

Entraîneur : Cuca

On aurait pu nommer Maurício Barbieri ou Juan Pablo Vojvoda, qui ont su combiner résultats et jeu offensif avec des équipes au budget moins important que les cadors du championnat. Mais Cuca est le choix le plus logique tant son Galo a brillé. Renato Gaúcho l’a démontré, il ne suffit pas d’avoir une machine de guerre pour enchaîner les succès. Cuca a su parfaitement jouer sur la profondeur de son effectif, offrant habilement du temps de jeu à tous et en limitant les conflits, pour trouver régulièrement la solution face à des équipes regroupées en défense. Cuca est resté fidèle à ses principes de jeu, avec un apport offensif des latéraux, de nombreux centres et des combinaisons courtes dans le dernier tiers du terrain, profitant également des caractéristiques différentes de ses joueurs pour débloquer des situations, à l’image de Keno, auteur d’un doublé lors du match du titre alors qu’il avait marqué seulement deux buts dans le championnat jusqu’ici. Déjà vainqueur du Brasileirão en 2016 avec Palmeiras, Cuca entre un peu plus dans l’histoire de l’Atlético Mineiro, lui qui avait déjà remporté la Copa Libertadores en 2013 avec le club de Belo Horizonte

Révélation : Zaracho

C’est presque un carton plein pour l’Atlético Mineiro et même si on aurait pu choisir André, très convaincant avec Fluminense pour son premier Brasileirão, Zaracho a régalé les supporters de l’Atlético Mineiro et les amateurs de football. Après six premiers mois d’adaptation, le milieu argentin est devenu de plus en plus important dans le jeu du Galo. Technique et dribbleur, Matías Zaracho peut débloquer un match sur une inspiration et s’est montré décisif en fin d’exercice. À vingt-trois ans, il peut encore se développer et l’année prochaine pourrait être celle de la confirmation.

Photo une : 2021 Getty Images

À propos de Publisher