Bordeaux – Albert Riera avant Rodez : « Je ne peux pas dire merci au travail qui a été effectué avant mon arrivée » | OneFootball

Bordeaux – Albert Riera avant Rodez : « Je ne peux pas dire merci au travail qui a été effectué avant mon arrivée » | OneFootball

Icon: MaLigue2

MaLigue2

·29 février 2024

Bordeaux – Albert Riera avant Rodez : « Je ne peux pas dire merci au travail qui a été effectué avant mon arrivée »

Image de l'article :Bordeaux – Albert Riera avant Rodez : « Je ne peux pas dire merci au travail qui a été effectué avant mon arrivée »

Après une victoire contre Guingamp marquée par la très grave blessure à la tête d’Alberth Elis (1-0), Bordeaux se déplace à Rodez (19h) ce samedi dans le cadre de la 27e journée de Ligue 2. Un contexte particulier entourera forcément cette rencontre, et l’entraîneur Albert Riera s’est exprimé en conférence de presse ce jeudi matin pour évoquer tout cela.


Vidéos OneFootball


La situation d’Alberth Elis et la blessure de Vital Nsimba

« J’ai la chance d’être en contact avec les parents d’Alberth, ils m’ont donné beaucoup d’espoirs. On doit être très prudents après cet accident très grave. Mais cet espoir fait beaucoup de bien à l’équipe. J’avais besoin de donner de l’espoir à l’équipe. Dimanche, c’était très dur… Je voulais donner 2 jours de repos à la base, mais j’ai pensé que le groupe devait rester fort ensemble dimanche. Dans les bons comme dans les mauvais moments. L’entraînement était très difficile, lundi ils étaient en repos mais hier c’était beaucoup mieux, l’espoir nous a enlevé un poids. Pedro Diaz a été le premier à voir la gravité de la situation. L’équipe a bien réagi après les 7-8 premières minutes suite à la blessure. On était concentrés sur le match. C’était dur lors de la mi-temps, le docteur a tranquillisé les joueurs. Mardi, on a parlé tous ensemble, on était tous touchés. On veut jouer pour lui ! C’est une motivation supplémentaire. On retrouve un peu le sourire depuis la nouvelle de son réveil.

Pour Vital Nsimba, on prévoit six semaines d’absence (entorse de la cheville, ndlr). C’est un choc aussi. Dans le vestiaire, c’est un joueur qui nous aide beaucoup psychologiquement et sur le terrain. Quand je suis arrivé, on parlait d’une équipe en manque de confiance. Le groupe restait sur la déception de la non-montée. L’équipe était malade, c’est la vérité. Je ne peux pas dire merci au travail qui a été effectué avant mon arrivée… Pendant un mois entier, j’ai dû manager le groupe d’un point de vue psychologique. On parlait de la peur, du manque de confiance, des joueurs qui n’étaient pas à leur niveau… J’ai récupéré l’équipe avec beaucoup de déficit sur le terrain et en-dehors. Tout cela, c’est désormais oublié. J’avais peur que ces deux blessures graves nous touchent. Mais le groupe sait qu’on est prêt malgré ces deux pertes. Ma question, c’était de savoir s’il fallait parler ou pas du cas d’Alberth auprès du groupe. Je pense que c’était mieux d’en parler, surtout dans un sport collectif. Tout le monde va se battre pour lui, on va jouer pour lui avec l’envie de battre Rodez pour lui. »

Le match à Rodez

« Tous les matchs sont importants. Pour continuer à croire en notre objectif, il faut gagner. On doit penser à nous, match après match. C’est un adversaire direct avec nous, qu’on peut rattraper en cas de victoire. Toutes les erreurs, on risque de les payer cher désormais. On avait pris 5-6 contre-attaques à Amiens, Guingamp n’a eu qu’une seule grosse occasion. Sur la 2e mi-temps contre Guingamp, on a peu concédé d’occasions. Défensivement, toute l’équipe a fait un très bon travail. Ce qui a changé ? Le groupe, le caractère, la personnalité, l’état d’esprit du vestiaire… Ce n’était pas un problème technique ou tactique au début. Ce sont les mêmes joueurs, mais c’est la tête qui a changé. Il y avait un déficit très important à ce niveau. Si tu es bien dans ta tête, il se passe des choses. Car les joueurs ont les qualités. Il existait un blocage mental. Cela ne pouvait pas se résoudre en une semaine ou en 10 jours.

On est une équipe qui sait bien démarrer les matchs, ce sera important. Un arbitre spécial (Clément Turpin) a été nommé. Je me souviens du match aller, ce n’est pas la guerre ! Ce n’est que du foot ! On doit se concentrer sur notre travail, et de ne pas faire n’importe quoi, prendre un carton après 3 minutes etc. On veut essayer de dominer l’adversaire dans sa moitié de terrain. On va jouer une ligne de 5, on va appliquer quelques petites choses. Au match aller, on aurait dû marquer le 3-0 pour tuer le match. Marvin De Lima est une option pour remplacer NSimba. Je le considère plus comme un offensif mais il peut le faire. Jacques Ekomié, c’est sa position naturelle. Pour remplacer Alberth, on a des solutions aussi. »

Photo Daniel Derajinski/Icon Sport

À propos de Publisher