Bensebaini : "Camavinga se sentirait bien en Bundesliga"

Logo : OneFootball

OneFootball

Romain Welter

Image de l'article : https://image-service.onefootball.com/crop/face?h=810&image=https%3A%2F%2Fwp-images.onefootball.com%2Fwp-content%2Fuploads%2Fsites%2F23%2F2021%2F04%2FCama-Bense-768x512.jpg&q=25&w=1080

À 26 ans, le défenseur algérien Ramy Bensebaini vit une deuxième saison pleine au Borussia Mönchengladbach. Pour OneFootball, le gaucher évoque son arrivée en Europe, son passage à Rennes et se souvient du jeune Eduardo Camavinga, qu’il verrait bien en Bundesliga.


Après ta formation en Algérie, tes premières étapes en Europe ont été Lierse et Montpellier. Est-ce que cela a été un peu difficile de s’adapter ?

« Oui ma première année en Belgique, c’était trop, trop, trop dur. J’arrive là-bas et je ne parlais pas la langue. Ils parlaient flamand. Je ne connaissais personne et quand je dis personne, c’est personne. Je ne savais pas où manger. J’arrivais à l’entraînement, je ne parlais à personne. Je m’entraînais puis je rentrais à l’hôtel. Franchement c’était trop dur et même parfois j’appelais le président et ma mère pour leur dire que je voulais rentrer. Que je ne pouvais pas, que je voulais retourner en Algérie.

Mais après heureusement, j’ai tenu. Je me suis dit que je n’étais pas là pour rien, que je n’avais pas fait 6-7 ans de formation pour au final rester 2 mois et repartir. Je me suis dit ‘vas-y, tiens bon’. Et après, des joueurs marocains et égyptiens sont arrivés et ils parlaient un peu ma langue donc ça m’a aidé un peu à m’habituer. Et j’ai commencé à enchaîner les matches et prendre confiance en moi. Finalement, j’ai fait 30 matches la première année et je suis parti à Montpellier. »

Après Montpellier, tu es resté 3 ans à Rennes. Qu’est-ce que tu gardes de ton passage en Bretagne ?

« Surtout la victoire en Coupe de France et la qualification en Europa League. C’était ma première fois en Europa League et c’était avec Rennes. »

Tu suis toujours les résultats de Rennes et Montpellier ?

« Ouais, Rennes, je regarde quasiment tous les matches. Montpellier un peu moins. »

A Rennes, tu as côtoyé Eduardo Camavinga quelques mois. Est-ce qu’il était vraiment impressionnant dès ses premiers entraînements en pro ?

« Oui, c’est un bon petit joueur. Il s’entraînait avec nous mais il n’était pas encore dans le groupe pour les matches. Mais ça se voyait qu’il avait le potentiel, ces qualités, ce petit don. Et tant mieux pour lui, il arrive à enchaîner les matches, à montrer ce qu’il vaut. Je lui souhaite que du bonheur et que ça continue. »

Justement, il pourrait quitter Rennes cet été. Tu ne l’as pas appelé pour essayer de le convaincre de venir à Gladbach ?

« Non, non franchement on ne parle pas de ça. Moi je ne suis pas fait pour ça. Il y a des gens mieux placés que moi pour ça. Et il a sûrement des agents. Je crois qu’il est bien entouré avec sa famille et je ne doute pas qu’ils feront le boulot. »

Tu penses que son style correspondrait bien à la Bundesliga ?

« Oui, il va se sentir bien ici en Bundesliga. Comme en Espagne ou en Angleterre. Il a ses qualités, sa vision du jeu. C’est un joueur qui bouge beaucoup et propose des solutions, qui ne se cache pas derrière l’adversaire. Donc pour moi, il peut jouer partout. »