Benoît Michelena : “Les joutes de la Ligue 2 sont bien plus pénibles que celles de la Ligue 1” | OneFootball

Benoît Michelena : “Les joutes de la Ligue 2 sont bien plus pénibles que celles de la Ligue 1”

Logo : WebGirondins

WebGirondins

Le directeur du Pôle Espoirs de Talence, Benoît Michelena s’est exprimé sur ARL dans l’émission Top Marine et Blanc concernant la situation des Girondins de Bordeaux ainsi que son centre de formation.

ARL : Quelle est votre réaction sur cette descente des Girondins de Bordeaux en Ligue 2 ?

Benoît Michelena dans Top Marine et Blanc :"C'est une nouvelle qui m'attriste bien évidemment, mais aussi qui me renvoie à des heures moins glorieuses, où j'étais bien plus jeune puisque c'était dans la saison 1991-92. Ou lorsque j'étais au club en moins de 17 ans, c'était déjà arrivé. L'équipe s'était maintenue dans le classement sportif, mais malheureusement, avait été reléguée en Division 2. Donc bien sûr un goût très amer parce que Bordeaux en Ligue 2, aujourd'hui ça fait bizarre, mais pourtant c'est la triste réalité."

Est-ce que Bordeaux peut remonter directement en Ligue 1 ?

"Alors, ça va être vraisemblablement multifactoriel. Le supporter que je suis souhaite bien évidemment une remontée immédiate. Parce que je pense au club qui m'a fait découvrir le foot. Mais je pense aussi à tous ceux qu’ils le veulent. Tout le monde a besoin de Bordeaux en Nouvelle-Aquitaine. Malheureusement, les joutes de la Ligue 2 sont bien plus pénibles que celles de la Ligue 1 et donc il faudra constituer un groupe et lui donner vie."

Est-ce que les jeunes du pôle espoir de Talence rêvent toujours d’intégrer les Girondins de Bordeaux ?

"Évidemment, les Girondins de Bordeaux, ça fait toujours rêver parce que l'histoire est toute récente et finalement, c'est l'histoire contemporaine pour ces jeunes joueurs. Il la côtoie, ils la vivent. Mais le Bordeaux qu'ils connaissent, c'est le grand Bordeaux, celui qui fait rêver, et celui qui a un centre de formation qui est reconnu en France.

De plus, je fais toujours attention à ne pas confondre ce qui se passe en Ligue 1 et ce qui se passe au centre de formation parce que ces deux mondes sont complètement différents, et c'est pour ça que c'est très difficile de passer d'un étage inférieur à la Ligue 1."

Concernant les jeunes joueurs au poste de Gardien de But

"Effectivement, le poste de gardien de but est un poste de joueur de football avec beaucoup de particularités. Il faut avoir plusieurs compétences pour être gardien de but. Parce qu’on voudrait que les gardiens ordonnent à la défense, coordonnent les contre-attaques, attrape les ballons en l'air, jouent aux pieds et fasse des arrêts réflexes.

Il faut une dose de travail bien avant tout ça pour arriver à un tel niveau de compétence. Je me rappelle quand même le jeune Landreau quand il était apparu, il n'est plus jamais sorti.

Donc c'est aussi le football de ce niveau-là, un football où il faut saisir sa chance, prendre toutes les opportunités qui passent et puis ne pas se tromper, ne pas faire d'erreur. Car, dans notre milieu, dans ce système-là ça ne pardonne pas."

Comment avez-vous vécu la relégation administrative dans les années 90 ?

"Alors à l'époque, finalement, ça s'est très bien passé, tout a été géré à l'Intersaison assez rapidement, assez finement. Cela a fait du bruit bien sûr, sur le plan local, mais les joueurs présents à l'époque ont réussi à faire prendre la mayonnaise. Ils ont réussi à ramener ce groupe vers la Ligue 1.  Donc, moi j’avais 17 ans et je me rappelle très bien que les Bernard Jiménez, Philippe Lalanne et compagnie, ils ont fait le job, ils étaient là, ils étaient présents. Puis, finalement c'est passé comme une lettre à la poste."

Mentionné dans cet article

À propos de Publisher