Benjamin Psaume : « Les joueurs n’appliquent pas les consignes de Michel Der Zakarian » | OneFootball

Benjamin Psaume : « Les joueurs n’appliquent pas les consignes de Michel Der Zakarian » | OneFootball

Icon: AllezPaillade.com

AllezPaillade.com

·27 février 2024

Benjamin Psaume : « Les joueurs n’appliquent pas les consignes de Michel Der Zakarian »

Image de l'article :Benjamin Psaume : « Les joueurs n’appliquent pas les consignes de Michel Der Zakarian »

Benjamin Psaume et Julie Castanheira, sur France Bleu Hérault, ont évoqué le signe d’impuissance qui touche Michel Der Zakarian avec un groupe qui ne semble suivre les messages. Et plus globalement, collectivement, le groupe ne sait plus agir ni réagir et est tétanisé dès que la peur pointe le bout de son nez.

Pour Benjamin Psaume, le problème serait que le message ne passe plus entre Michel Der Zakarian et ses joueurs : « Est-ce que ses joueurs l’écoutent la semaine, mettent en place ce qu’il leur demande ? J’ai la réponse pour moi c’est non. Ils n’appliquent pas les consignes qu’il donne, il nous l’a déjà expliqué. Il est perdu. En aucun cas, à la vingtième minute alors qu’on était à peu près bien, qu’on menait un à zéro au Vélodrome, le stade sifflait son équipe, il a dit à Téji de reculer de dix mètres et à Kouyaté et aux centraux de se mettre dans la surface et d’attendre. Il s’égosille peut-être à leur dire de sortir, de faire monter le bloc, ils ne le font pas. La question à se poser : Comment le groupe réagit à mes consignes ? Est-ce-qu’ils m’écoutent ? Est-ce qu’ils adhérent à mon discours ? » Des questions auxquelles Bertrand Queneutte a plutôt répondu par la négative en mettant en avant des réponses du coach en conférence de presse en répondant qu’« il ne savait pas » pourquoi les joueurs du MHSC ont certains comportements sur le terrain.


Vidéos OneFootball


Selon Julien Castanheira, c’est un aveu d’impuissance déjà reconnu par l’entraîneur lui-même : « C’est un aveu d’impuissance de la part de Michel Der Zakarian. Il nous l’a dit plusieurs fois, il ne comprend pas pourquoi ses joueurs reculent. Et hier, Joris Chotard est impuissant puisqu’il a dit ‘on aurait pu en marquer deux, on en aurait pris quatre.’ C’est une impuissance générale et souvent dans les gros matchs. Dès que tu te réconfortes dans ce jeu de transition qui ne marche plus ou que sur quelques périodes, c’est là que tu deviens impuissant. Tu ne sais plus construire et contre Metz, tu es un peu plus dominateur. Contre Lille, la deuxième mi-temps est horrible mais la première mi-temps, tu as des idées. Tu es aller chercher plus haut mais c’est par séquences. Dès que l’équipe commence à douter, dès que l’équipe commence à avoir peur, elle devient impuissante. »

À propos de Publisher