Bastia – Anthony Roncaglia après son protocole commotion : « Quand je fermais les yeux, je n’étais pas stable » | OneFootball

Bastia – Anthony Roncaglia après son protocole commotion : « Quand je fermais les yeux, je n’étais pas stable »

Logo : MaLigue2

MaLigue2

Entré dans les mœurs au rubgy depuis de nombreuses années, le protocole commotion peine encore à s’appliquer avec rigueur dans d’autres sports comme au football. Pour preuve, mardi dernier, l’attaquant sénégalais Sadio Mané reprenait le jeu contre le Cap-Vert lors du huitième de finale de Coupe d’Afrique des Nations après avoir subi un gros choc à la tête. Le joueur de Liverpool, buteur dans la foulée mais visiblement sonné, s’est effondré sur la pelouse après qu’on lui a laissé reprendre le jeu. Corse-Matin y consacre un dossier ce jeudi en prenant l’exemple du jeune joueur de Bastia, Anthony Roncaglia. Lors de la 19e journée de Ligue 2 à Rodez, le milieu de terrain avait subi un choc dans un duel aérien avec Rémy Boissier, provoquant sa sortie sur civière. Il raconte.

« Je ne me souviens plus du choc. Je suis resté inconscient à peu près une minute et demie. Et je me rappelle que c’est Lloyd (Palun) qui me soutient. Après j’ai été pris en charge par les secours. » Passé par les urgences et un scanner de la tête plus tard, le joueur a consulté un neurochirurgien dans les jours qui ont suivi : « Il s’agissait essentiellement de tests d’équilibre. Tout allait bien. Sauf quand je fermais les yeux, je n’étais pas stable ». Preuve s’il en faut du caractère sérieux de ces contacts.

Le docteur Cyrille Brunel, médecin du club bastais explique que les lésions peuvent n’apparaître que « quelques heures après ou quelques jours plus tard. » C’est pour cette raison que le joueur était absent du match de Coupe de France contre Clermont (2-0) le 2 janvier dernier. « A la première commotion, on donne dix jours d’arrêt. A la deuxième, 21 jours d’arrêt. Et à la troisième, trois mois […] La commotion cérébrale a été banalisée. Pourtant quand vous en avez fait une première, vous avez plus de risques d’en faire une autre. Et c’est d’ailleurs pour ça que le temps de repos double.  », indique le médecin.

Crédit Photo ©Icon Sport

Mentionné dans cet article

À propos de Publisher