"Au Real quand vous gagnez la Champions, les fans ne vous félicitent pas… Ils réclament la suivante" | OneFootball

"Au Real quand vous gagnez la Champions, les fans ne vous félicitent pas… Ils réclament la suivante"

Logo : Real France

Real France

Dans une interview accordée au Telegraph, Raphäel Varane a évoqué ses premiers mois à Manchester United, mais aussi son passage au Real Madrid.

Sou sel maillot blanc, le Français a remporté quatre Ligues des champions, trois titres de Liga, une Copa del Rey, trois Supercoupes et quatre Coupes du monde des clubs. Il s'est habitué à gagner, mais l'été dernier, il a décidé de prendre un virage important dans sa carrière en pliant bagages pour l’Angleterre.

Le désormais joueur de Manchester United a accordé une interview Telegraph, dans laquelle il souligne la mentalité de gagnant d’un club comme le Real Madrid et le défi qui l'attend à Manchester United, un club qu'il aurait pu rejoindre il y a dix ans s'il n'avait pas reçu un appel d’un certain Zinedine Zidane, alors directeur sportif du Real Madrid… Et ce, malgré le fait que Sir Alex Ferguson se soit rendu au domicile de sa famille pour tenter de le persuader de partir avec lui en Angleterre. Il raconte : "L’idée de départ était d'aller à United. C'était un moment de folie dans ma vie. Je jouais dans l'équipe première à Lens et le club savait qu'il devait me vendre, alors beaucoup d'agents m'ont appelé. J'étais fatigué car il y avait beaucoup de choses à faire et à penser. Quand Zizou m'a appelé, j'étais occupé et je n'ai pas su tout de suite que c'était lui. Quand je l'ai reconnu, j'étais sous le choc et je lui ai dit de m'appeler plus tard. C’est ce qu’il a fait et le transfert s’est accéléré".

Si Varane a pris l’habitude d’empiler les trophées à Madrid, il explique tout de même qu’il aurait apprécié de plus pouvoir célébrer et savourer les succès obtenus au cours de sa décennie en Espagne. "Après avoir gagné la Ligue des champions, les supporters ne vous félicitent pas. Ils vous disent, 'très bien, maintenant on s’attaque à la prochaine'. C'était comme ça après la première, et au final j'en ai gagné quatre. Mais ils disaient toujours "très bien, allons-y pour la suivante". Parfois, je pense qu'il faudrait apprécier ce que l'on a fait, c’était grandiose. Aussi, on ne célébrait pas toujours les titres ensemble parce que, par exemple, après la dernière Ligue des champions, nous avions la Coupe du monde. Parfois, j’aurais aimé pouvoir appuyer sur le bouton pause et avoir le temps de fêter les succès…"

"C'est pour ça que le Real Madrid est si spécial", poursuit-il. "Parce qu'il a cette mentalité, qui est différente. C'est pour ça que je voulais changer. Pas parce que je n'aime pas cette mentalité ou parce qu'elle est mauvaise, elle est très bonne, mais je voulais essayer quelque chose de différent."

Et ce nouveau défi, il l'a trouvé à Manchester. "Pour ce club, il est important d'être au sommet. C'est un grand défi. Un défi qui me motive. J'ai tout gagné à Madrid, puis j'ai cherché quelque chose de différent. Pour défendre l'histoire. Vous devez vous battre pour quelque chose qui est plus grand que vous. Vous devez vous battre pour le club, pour les fans et pour l'histoire. C'est très important".

Le Français ajoute que l’une des choses qu’il apprécie le plus depuis son arrivée en Angleterre, c’est l’ambiance. Il admet même que c'était l'un des principaux facteurs qui ont joué dans sa décision de rejoindre les Red Devils. "Manchester United est spécial à cause de cela, et l'Angleterre est différente par rapport aux autres pays d'Europe". Il donne l'exemple du match contre l'Atalanta le 20 octobre dernier, bien qu'il n'ait pas été impliqué. "Nous perdions 0-2 à Old Trafford et nous avons gagné 3-2. Le stade a poussé l'équipe. Dans d'autres pays, si vous perdez 0-2, l'atmosphère serait très différente…"

Mentionné dans cet article

À propos de Publisher