ASSE – SCO Angers : ce que risque Puel après l'ultimatum des Ultras | OneFootball

ASSE – SCO Angers : ce que risque Puel après l'ultimatum des Ultras

Logo : But Football Club

But Football Club

Jeudi, les groupes Ultras stéphanois ont invité à Claude Puel à démissionner de son poste à l'ASSE. Mais sinon quoi au fait ?

Hier après-midi, à la veille d'ASSE – SCO Angers, les Ultras stéphanois se sont réunis sous une même bannière pour passer un message menaçant à l'égard de Claude Puel : « Puel : on te laisse 24h pour démissionner ». Une sortie claire qui donne le ton pour le match de ce vendredi soir à Geoffroy-Guichard (21h). Mais comment faut-il réellement comprendre le message ?

Difficile d'imaginer que ce genre de menaces aille jusqu'à la confrontation physique alors que la simple intimidation avait suffi à l'époque pour faire capoter le transfert de l'ancien lyonnais Anthony Mounier. Claude Puel vivant la plupart du temps seul à L'Etrat, sa famille ne sera, a priori, pas inquiété. Espérons au moins que sur ce plan le bon sens soit de mise ...

Le Chaudron prêt à rugir contre son équipe ?

En revanche, il n'est pas impossible qu'on assiste à un comité d'accueil ce vendredi soir à Geoffroy-Guichard, soit à l'arrivée du bus de l'équipe, soit dans les travées du stade avec de nouvelles banderoles hostiles, des sifflets à l'annonce voire une grève des encouragements pour l'équipe durant les 15 premières minutes de la réception du SCO Angers. Après tout, les Ultras avaient bien quitté la Meinau 15 minutes avant la fin pour ne pas assister à la fin de l'humiliation des Verts dimanche dernier...

Ce que les dernières saisons nous ont aussi appris, c'est que cela pouvait franchement chauffer sur le parvis du Chaudron si la situation sportive devenait intenable. On se souvient tous du ASSE – Monaco du 15 décembre 2017 (0-4). Une date de sinistre mémoire puisque des affrontements avaient éclaté, poussant les forces de l'ordre à boucler l'entrée de la tribune présidentielle jusqu'à dispersion des fans mécontents.

Claude Puel a le cuir solide, il l'a montré à Lyon

Toujours est-il que Claude Puel, qui en a vu d'autres – notamment lors de son passage à Lyon et à Nice -, n'est pas du genre à se laisser dicter sa conduite. Encore moins lorsque les vents sont contraires comme actuellement dans le Forez. Difficile donc d'imaginer que le Castrais ne cède aux Ultras, même s'il doit ramer seul contre tous, face au mutisme de ses présidents. On se souvient notamment de la saison 2010-11 à Lyon où Puel avait tenu une saison complète face à la vindicte des supporters, des tags sur sa maison ou encore des campagnes de banderoles réclamant sa démission ou licenciement...

Retrouvez l'actualité du monde du football en France et dans le monde sur notre site avec nos reporters au coeur des clubs.

Mentionné dans cet article
À propos de Publisher