Amadou Onana (LOSC) : « Au moins, il y a les trois points » | OneFootball

Amadou Onana (LOSC) : « Au moins, il y a les trois points »

Logo : Le 11 HDF

Le 11 HDF

Au sortir d’une victoire qui laissait malgré tout un petit goût d’inachevé face à Lorient (3-1), Amadou Onana relativisait et préférait se contenter des trois points. Le Belge évoque également sa relation au milieu de terrain avec Renato Sanches.

Malgré la victoire, on sent beaucoup de frustration…

Je pense que c’est logique d’avoir ce sentiment de frustration. En première mi-temps, on a fait ce qu’il fallait, on a dominé le match, on a été agressif, on ne les a pas laissé jouer. En deuxième, pour moi, on est tombé dans une sorte de laxisme, ce qui est exactement la chose à ne pas faire. Ce but encaissé en toute fin de match est regrettable mais le plus important, ça reste les trois points. Le travail a été fait.

Mais avec les points perdus en début de saison, il est important de soigner le goal-average…

Clairement, oui, mais on gagne les matches quand même. Si je réfléchis bien, on est invaincu depuis neuf ou dix matches en championnat. On est sur une bonne dynamique et il va falloir que ça continue comme ça. Le plus important, ça reste les trois points. On n’a pas un super goal-average, c’est vrai, mais au moins il y a les trois points.

Vous sentez-vous encore capable d’enchaîner dans trois jours ?

On sort de deux bons combats mais je pense que je suis en jambes. L’objectif est de récupérer du mieux et le plus tôt possible pour pouvoir attaquer Brest.

D’autant plus qu’il y aura une petite coupure derrière…

On va tout donner, on est prêts. On est dans un bon état d’esprit en ce moment et on va continuer sur cette lancée.

Comment analysez-vous votre relation avec Renato Sanches au milieu de terrain ?

Je pense qu’on est très compatible. On se parle beaucoup, on communique énormément. On est très proche que ce soit sur le terrain ou dans le vestiaire. Je pense que ça se ressent. Ce n’est pas dur de jouer à ses côtés.

Propos recueillis par Arthur LASSERON

Mentionné dans cet article

À propos de Publisher