A l’étranger : Nani veut partir sur une bonne note | OneFootball

A l’étranger : Nani veut partir sur une bonne note

Logo : Trivela

Trivela

Arrivé aux Etats-Unis il y a maintenant deux ans, Nani compte bien conquérir le pays et triompher avec son équipe d’Orlando City. Mais pour cela, il faudrait que le championnat reprenne.

La Major League Soccer. Ce championnat qui fait de plus en plus vibrer l’un des plus grands pays du monde, les Etats-Unis. Depuis le transfert de David Beckham au LA Galaxy en 2007, bon nombre de stars du Vieux Continent comme Zlatan Ibrahimovic ou Wayne Rooney, sont venus poser leurs bagages en Amérique du Nord. Le 18 février 2019, c’est le Portugais Nani, qui a décidé de passer de l’autre côté de l’Atlantique pour s’engager avec Orlando City.

Arrivé en provenance du Sporting, l’international portugais de 34 ans réalise des bons débuts, bien que son équipe ne se qualifie pas pour les plays-offs. Sur sa première saison, l’ailier dispute 30 matchs de MLS et inscrit pas moins de 12 buts. La saison suivante, Orlando se montre bien plus cohérent, tant sur le plan offensif que défensif, et termine à la 4e place de la conférence Est, ce qui lui permet de se qualifier pour les premiers play-offs de sa jeune histoire.

Devenu capitaine dès son arrivée aux Etats-Unis, Nani est très clairement le chef de la jeune troupe des Lions d’Orlando, assoiffés d’un premier trophée. Mais après un succès face à New York City en 8eme de finale des play-offs, Orlando City s’incline face au New England Revolution au tour suivant. Une déception immense pour le club, étant donné que les play-offs se disputaient dans une bulle sanitaire à Orlando. Un premier titre à domicile, même sans les supporters, auraient été particulièrement bien accueilli.

Ne pas s’arrêter en si bon chemin

Comme vous l’avez peut-être remarqué, la MLS n’a toujours pas repris ses droits, en raison de la pandémie de Covid-19 qui frappe encore les Etats-Unis de plein fouet. Pour l’heure, la MLS et l’Association des joueurs n’ont toujours pas trouvé de terrain d’entente pour la tenue d’une campagne 2021. Le coronavirus a mis en stand-by l’économie du « soccer » américain (environ 815 millions d’euros de pertes). Les joueurs, qui avaient consenti en février 2020 à une baisse de leurs salaires annuels de 5 % alors qu’un lock-out menaçait le championnat, vont donc retourner à la table des négociations moins d’un an après l’établissement d’une nouvelle convention collective pour cinq ans.

Le commissaire de la MLS, Don Garber, lors d’un point de presse avec les médias, a lui-même blâmé les athlètes pour leur manque de flexibilité : “La Covid-19 a un impact important sur la prochaine saison et en aura probablement un sur les années subséquentes. En ce sens, nous avons invoqué la clause de force majeure (dans la convention collective). Nous croyons avoir fait une bonne offre à l’Association des joueurs. Cette proposition met, d’après nous, toute la pression de la pandémie sur les épaules des propriétaires. Les joueurs ne voulaient pas de réduction des salaires et c’est ce que nous offrons, a-t-il ajouté. Jusqu’ici, nous n’avons pas eu de réaction de la part du syndicat des joueurs.”

Nani et les Lions d”Orlando devront donc encore patienter pour pouvoir retrouver le chemin des terrains. Dans le meilleur des cas, la MLS devrait reprendre d’ici le mois de mars. L’ailier portugais entre cette saison dans son ultime année de contrat, qui expire en décembre 2021. Arrivera-t-il à décrocher un trophée avec son club ? Nul doute que les Lions, menés par leur chef de troupe, auront les crocs.

Crédit photo : IconSport

À propos de Publisher